Accueil > Fiches et conseils > Handicap psychique et Syndrome métabolique

N°H22 – Tous professionnels de santé

HANDICAP PSYCHIQUE ET SYNDROME MÉTABOLIQUE

Dernière mise à jour : Juin 2021

LE HANDICAP PSYCHIQUE, c’est la limitation de la participation d’une personne à la vie sociale du fait de pathologies psychiatriques qui perdurent et entraînent une gêne dans son quotidien, des souffrances et/ou des
troubles comportementaux
. Ces troubles sont variables, évolutifs et sensibles au contexte.

> Peut entraîner une diminution des capacités cognitives (concentration, compréhension, mémoire, cognition sociale…), mais n’affecte pas les facultés intellectuelles.

QU’EST-CE QUE LE SYNDROME 

MÉTABOLIQUE ? PRÉVALENCE ?

DÉFINITION
Le syndrome métabolique associe insulino-résistance et obésité abdominale

CRITÈRES DIAGNOSTICS = Obésité abdominale : Tour de taille ≥ 94 cm (homme) , ≥ 80 cm (femme)

+ 2 des 4 critères suivants :
TG élevés : > 1,5 g/L ou traitement hypolipémiant en cours
HDLc bas : < 0,40 g/L chez l’ hommes , < 0,50 g/L chez la femme
Glycémie à jeun élevée : ≥ 1,0 g/L ou traitement hypoglycémiant en cours
PA élevées : systolique ≥ 130 mm Hg et/ou diastolique ≥ 85 mm
source : Fédération Internationale du diabète
L’IMC est un mauvais indicateur du risque de syndrome métabolique ; il peut être normal dans certains cas d’obésité abdominale.
• Le dépistage du syndrome métabolique fait partie intégrante du suivi des personnes avec handicap psychique.
Le syndrome métabolique est évitable, réversible.
Le syndrome métabolique est le principal facteur de risque cardio vasculaire chez les personnes avec handicap psychique.
• Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez ces personnes.

Prévalence

La prévalence globale du syndrome métabolique chez les personnes atteintes de maladie mentale grave est de 32,6%.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DU SYNDROME MÉTABOLIQUE ?
Le syndrome métabolique accroît considérablement le risque de développer :

un diabète de type 2

• une maladie cardio-vasculaire : HTA, insuffisance coronaire, artériopathie des membres inférieurs, sténose
carotidienne, infarctus, AVC

Les facteurs de risque cardiovasculaire et métabolique se potentialisent lorsqu’ils sont associés.

Syndrome métabolique et/ou diabète auraient un impact sur le développement de chutes précoces des dents, de parodontites, facteurs de risque infectieux.

PRÉVALENCE DES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRE, MODIFIABLES :

Tabagisme risque X 2 à 3

Dyslipidémie risque X 5 chez la personne schizophrène ;

X 3 chez la personne souffrant de trouble bipolaire

DNID : risque X 2 chez la personne schizophrène ;

X 1,5 à 2 chez la personne souffrant de trouble bipolaire

HTA risque x par 1 à 2

Obésité risque x par 1 à 2

• Syndrome métabolique : risque x par 2 à 3 chez la personne schizophrène ; x par 1,5 à 2 chez la personne souffrant de trouble bipolaire

LA PRISE DE POIDS, FACTEUR MAJEUR
DU DÉVELOPPEMENT DU SYNDROME
MÉTABOLIQUE

UNE PRISE DE POIDS MULTIFACTORIELLE
FAVORISÉE PAR LE MODE DE VIE :

Une alimentation pas assez équilibrée, pauvre en légumes et en fruits, riche en graisses saturées et en sucre

Un manque d’activité physique et la sédentarité

Des troubles du sommeil : hypersomnie, inversion du rythme nycthéméral

RÔLE DES PSYCHOTROPES :

Les psychotropes : 

Les neuroleptiques atypiques ou APA, particulièrement la clozapine et l’olanzapine

Les thymorégulateurs : lithium, valproate

Les antidépresseurs tels que les tricycliques, la mirtazapine, la paroxétine

Le risque est majoré en cas de polythérapie, notamment les associations avec lithium ou valproate ou APA

La prise de poids est dose-dépendante sous rispéridone

RISQUE VARIABLE SELON LE TYPE DE NEUROLEPTIQUES
• Groupe à haut risque : clozapine, olanzapine
• Groupe à risque moyen: rispéridone, quétiapine, amisulpride
• Groupe à faible risque : aripiprazole
L’OBÉSITÉ ABDOMINALE
Indépendamment du syndrome métabolique, l’obésité abdominale est corrélée à des risques métaboliques (diabète) et cardiovasculaires élevés

PRÉVENTION PRIMAIRE :

ÉDUQUER À LA SANTÉ, C’EST POSSIBLE

Dès l’instauration du traitement
• Informer la personne et son entourage de la surveillance à venir.

Donner les recommandations hygiéno-diététiques :

– Limiter les aliments riches en graisses saturées , au profit d’aliments riches en graisses insaturées.

– Favoriser la consommation de fruits et légumes, légumineuses, céréales , et diminuant les sucres
alimentaires.

Motiver à une activité physique quotidienne d’intensité modérée (30 minutes minimum en continu), voir prescription d’Activité Physique Adaptée ( APA)
DÉPISTAGE

Le syndrome métabolique passe souvent inaperçu auprès des patients et de leurs médecins.

Il est évitable en établissant une surveillance et des mesures hygiéno-diététiques.

Un traitement adapté réduit le risque de complications  potentiellement mortelles.

Importance des données clinques et biologiques le jour du début du traitement  psychotrope.

La surveillance du poids et du périmètre abdominale est à vie. 

CALENDRIER DE DÉPISTAGE ET DE SURVEILLANCE *

Source : Dr Djéa Saravane

* La fréquence des intervalles peut être plus rapprochée en fonction des données cliniques

** ECG de base fortement recommandé ; contrôle en fonction des facteurs de risque CV

Alerte : prise de poids ≥ à 7%
TRAITEMENT ET SURVEILLANCE DU SYNDROME MÉTABOLIQUE

Agir dès les 1ers symptômes et à vie : 

(cf. tableau « dépistage et surveillance » ci-dessus )

Intensifier la psychoéducation aux règles hygiéno-diététiques : suivi diététique, activité physique

Une perte de poids de 5 à 10 % réduit significativement les risques liés au syndrome métabolique

Réviser la stratégie thérapeutique ; si besoin, faire un switch de neuroleptiques (cf infra)
Prescrire un traitement de l’intolérance glucidique, de l’HTA, de l’hyperlipémie

Orienter vers des programmes d’éducation à la santé spécifiques aux personnes en situation de handicap psychique (se renseigner dans les CHU, HDJ, centres de référence, ou « psycom.org » – voir « en savoir plus ». )

LES NEUROLEPTIQUES EN PRATIQUE :
Rechercher la dose minimale efficace.
Privilégier les monothérapies dès que possible.

> En cas de risque élevé de syndrome métabolique, envisager de changer de psychotrope en évaluant le rapport bénéfice / risque (cf tableau des risques ci-dessus)

POUR EN SAVOIR PLUS

DOCUMENTATION
Recommandation de bonne pratique : Comment améliorer la prise en charge somatique des patients ayant une pathologie psychiatrique sévère et chronique – HAS-FFP.CNPP, Juin 2015 consulter
« Diagnosis and Management of the Metabolic Syndrome, AHA/ NHLBISS » Grundy et al Circulation
E. K. Kaye, N. Chen, H. J. Cabral, P. Vokonas, and R. I. Garcia, “Metabolic syndrome and periodontal disease progression in men,” Journal of Dental Research, vol. 95, no. 7, pp. 822–828, 2016
D. Vancampfort, B. Stubbs, A. J. Michell et al., “Risk of metabolic syndrome and its components in people with schizophrenia and related psychotic disorders, bipolar disorder and major depressive disorder: a systematic review and meta-analysis,” World Psychiatry, vol. 14, no. 3, pp. 339–347, 2015.
ARTICLES
ANSM Actualité – Antipsychotiques : rappel des mesures de suivi cardio-métabolique – consulter
LIENS UTILES
Site d’informations sur la Santé Mentale. Psycom.org
Santé Mentale France. https://santementalefrance.fr/

HandiConnect.fr :

Handicap psychique – Accompagnement aux soins somatiques consulter

Handicap psychique – Points de vigilance somatique  consulter

SanteBD.org pour expliquer la santé avec des dessins et des mots simples : https://santebd.org/ (Fiches Activité Physique Adaptée (APA) , alimentation, …)

Contributeurs

Cette fiche a été co-construite et validée par le groupe de travail « handicap psychique » dont les membres sont : Matthias Broucqsault (Fondation de l’OEuvre Falret), Dr Astrid Chevance (Fondation Deniker), Pr Emmanuelle Corruble (Hôpital Kremlin Bicêtre), Dr Michel Delcey (Société Française Consultations Dédiées Handicap –SOFCODH), Dr Anne Gross (cabinet de psychiatrie en libéral), Sophie Deloffre (Centre Ressources Handicap Psychique -CREHPSY Pays de la Loire), Dr Nabil Hallouche (Association Nationale pour la Promotion des Soins en Santé Mentale –ANP3SM), Dr Denis Leguay (Santé Mentale France), Dr Cédric Lemogne (Hôpital Européen George Pompidou), Philippe Maugiron (Association Francophone des Médiateurs de Santé-Pairs – AFMSP), Anne Plantade (études en santé Publique), Elisa Pontillon (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale – SAVS Falret), Marie-Jeanne Richard (Union Nationale de Familles et Amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques – UNAFAM), Dr Djéa Saravane, (SOFCODH, Handidactique), Dr Jocelyne Viateau (UNAFAM), Bérénice Staedel (Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale_ CCOMS Lille).

Mentions légales

Sa réalisation et sa mise en ligne en accès libre ont été rendues possibles grâce aux soutiens de la CNSA, de l’Assurance Maladie et des Agences Régionales de Santé.

HandiConnect est un projet porté par l’association CoActis Santé et ses partenaires. Tous droits de reproduction, de représentation et de modification réservés sur tout support dans le monde entier. Toute utilisation à des fins autres qu’éducative et informative et toute exploitation commerciale sont interdites. ©CoActis Santé

Ce contenu vous a plu ? Conservez-le !

Pour lire le fichier au format pdf, il vous faudra utiliser un logiciel tel qu'Adobe Acrobat Reader

Ce contenu vous a été utile ? Dites le nous !

Grâce à vos votes et vos retours sur nos fiches conseils, nos équipes améliorent en continu les contenus que nous vous proposons


(Soyez le premier à voter !)

Restons en contact avec la NEWSLETTER !

• En 1 clic, nous vous offrons toutes les nouveautés HandiConnect.
• Nous ne communiquons ni ne commercialisons jamais vos données.

    * Mail :

    * Je suis :

    * Précisez votre profession :

    Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Handiconnect dans le but d’avoir un historique en cas de bug du fournisseur de mails. Elles sont conservées pendant 6 mois et sont destinées uniquement à notre usage dans le cadre de votre demande de contact pour le projet Handiconnect. Nous refusons toute commercialisation sous quelque forme que ce soit de vos informations personnelles. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant contact@handiconnect.fr.
     

    © HandiConnect | Tous droits réservés