Accueil > Fiches et conseils > Déficience visuelle : Prévalence & étiologies chez l’adulte

N°H32 – Tous professionnels de santé

PRÉVALENCE & ÉTIOLOGIES
DES DÉFICIENCES VISUELLES (DV)
CHEZ L'ADULTE

Mise à jour : Janvier 2020

prévalence

• En France, près de 1,7 millions de personnes déficientes visuelles
207 000 aveugles (pas de perception de la lumière) et malvoyants profonds (vision résiduelle limitée à la distinction de silhouettes).
932 000 malvoyants moyens (incapacité visuelle sévère : en vision de loin, ils ne peuvent distinguer un visage à 4 mètres ; en vision de près, la lecture est impossible).
• Prévalence relativement stable chez les moins de 50 ans : moins de 2 % de la population.
Augmente progressivement à partir de 60 ans et plus encore à partir de 80 ans : – 20 % environ des personnes âgées de 85 à 89 ans, – 38 % à partir de l’âge de 90 ans.
Basse vision

Déficience visuelle persistante

malgré une correction par des

lunettes ou des lentilles de contact.

Déficience visuelle

stade final d’une atteinte oculaire bilatérale,

quand les ressources thérapeutiques,

médicales ou chirurgicales ont été épuisées

ÉTIOLOGIES LES PLUS FREQUENTES
CATARACTE
• 25% des hommes et 32% des femmes, à partir de 75 ans.
• Opacification partielle ou totale du cristallin, responsable d’une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à la lumière.
L’opération de la cataracte est l’une des actions sanitaires qui présente les meilleurs rapports coût/efficacité.
DMLA (DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L’AGE)
• 1re cause de malvoyance, en France, chez les plus de 50 ans, et 1re cause de cécité après 65 ans atteinte de la rétine centrale => déformation des lignes puis apparition d’une tache centrale permanente.
1 million de personnes atteintes (forme +/- sévère).
• 1 personne / 4 après 75 ans et 1 personne / 2 à partir de 80 ans.
• Pas encore de traitement efficace à long terme.
GLAUCOME PRIMITIF À ANGLE OUVERT
(asymptomatique) est le plus fréquent.
• Pathologie du nerf optique relativement rare : 2% de la population de plus de 50 ans.
• Altération de la vision lente, indolore, sans gêne perceptible, ce qui n’attire pas l’attention de la personne atteinte et ne la motive pas à consulter : 650 000 personnes traitées pour un glaucome et autant de malades non soignés. Le dépistage et la SURVEILLANCE est donc ESSENTIEL : prise de la tension oculaire, champ visuel, imagerie OCT.
Maladie curable alors que sans traitement, la maladie peut évoluer vers la cécité irréversible
Même si ils ne constituent pas une déficience visuelle, ne pas négliger les problèmes de réfraction chez les personnes âgées, facteurs de perte d’autonomie
Près de 40 % des personnes âgées de 78 ans et plus ne portent pas de lunettes adaptées: • Près de 50 % chez les personnes examinées dans leur lieu de vie, • 35 % chez les personnes avec des pathologies oculaires liées à l’âge (dégénérescence maculaire liée à l’âge, glaucome…).
RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE
1re cause de cécité en France chez les moins de 50 ans.

• Après 10 ans d’évolution du diabète (et même avant), 6 diabétiques sur 10 ont une rétinopathie. L’évolution de la rétinopathie diabétique est en très grande partie liée à l’équilibre glycémique.

• L’évolution est lente les premières années et sans symptôme, avant le stade des complications où apparait un œdème maculaire causant une baisse de l’acuité visuelle
• D’où l’intérêt d’une surveillance rigoureuse par imagerie complète / OCT Angiographie, car le diabète entraîne une hyper-perméabilité capillaire : apparition d’un œdème rétinien et généralement maculaire, occlusions des capillaires rétiniens, provoquant des ischémies rétiniennes. Ces territoires d’ischémie vont entraîner une néo-vascularisation fragile à risque d’hémorragie intra-vitréenne.
• Traitements : injections intra-vitréennes (soit par anti-corticoide ou anti VEGF), et laser.

Pour en savoir plus

La population en situation de handicap visuel en France : Consulter
Étude de l’Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire, à la demande du Ministère des solidarités, de la santé et de la famille, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques. Juillet 2005

DMLA HAS, « DMLA, Dégénérescence maculaire liée à l’âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique – Recommandations pour la pratique clinique » ICI DMLA, INSERM : ICI DMLA, SNOF : ICI
GLAUCOME
HAS, Glaucome, dépistage et diagnostic précoce du glaucome, problématique et perspectives : ICI http://www.leglaucome.fr/
RETINOPATHIE DIABETIQUE
Rétinopathie diabétique, SNOF : ICI https://www.dansloeildudiabete.com/
CATARACTE
Cataracte, INSERM : ICI Le traitement de la cataracte primaire est la plus fréquente des interventions chirurgicales : DREES, ICI
Filière Maladie Rares Sensorielles : http://www.sensgene.com/, filière au service des Maladies Rares de l’œil et de l’oreille.

Fiches SantéBD pour expliquer les examens ophtalmologiques de façon simple aux patients, VOIR

ASSOCIATIONS
Fédération des Aveugles de France (FAF) https://www.aveuglesdefrance.org
Association Valentin Haüy (AVH) https://www.avh.asso.fr/fr
Union Nationale des Aveugles et Déficient Visuels (UNADEV) www.unadev.com
Association Retina France, www.retina.fr

Contributeurs

Cette fiche a été co-construite et validée par le groupe de travail HandiConnect « déficience visuelle » dont les membres sont : Pr Isabelle Audo (Hôpital Quinze-vingts) Pr Dominique Bremond-Gignac (Centre de référence OPHTARA – Hôpital Necker Enfants malades, APHP), Dr Gerard Dupeyron (Fédération des Aveugles de France), Dr Béatrice Lebail (Association Francophone des Professionnels de Basse vision –AriBa), Dr Florence de Saint Etienne (Centre Technique Régional pour la Défiscience Visuelle – CTRDV / Les PEP 69), Nicolas Eglin (Association Nationale des Parents d’Enfants Aveugles – ANPEA), Zahra Bessaa Houacine (Oeuvre D’Avenir-ODA /Institut d’Education Sensorielle jeunes déficient visuels-IDES), Colette Parant (Association Valentin Haüy – AVH), Anaëlle Cariou (Hôpital Quinze-vingts).

Mentions légales

Sa réalisation et sa mise en ligne en accès libre ont été rendues possibles grâce aux soutiens de la CNSA et des Agences Régionales de Santé.

HandiConnect est un projet porté par l’association CoActis Santé et ses partenaires. Tous droits de reproduction, de représentation et de modification réservés sur tout support dans le monde entier. Toute utilisation à des fins autres qu’éducative et informative et toute exploitation commerciale sont interdites. ©CoActis Santé

Ce contenu vous a plu ? Conservez-le !

Pour lire le fichier au format pdf, il vous faudra utiliser un logiciel tel qu'Adobe Acrobat Reader

Ce contenu vous a été utile ? Dites le nous !

Grâce à vos votes et vos retours sur nos fiches conseils, nos équipes améliorent en continu les contenus que nous vous proposons

(Score : 0 || 2 avis reçus)

Vous souhaitez recevoir des informations sur l’actualité HandiConnect ? Laissez-nous vos coordonnées

* Nom & Prénom :

* Mail :

* Profession :

* Fonction :

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Handiconnect dans le but d’avoir un historique en cas de bug du fournisseur de mails. Elles sont conservées pendant 6 mois et sont destinées uniquement à notre usage dans le cadre de votre demande de contact pour le projet Handiconnect. Nous refusons toute commercialisation sous quelque forme que ce soit de vos informations personnelles. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant contact@handiconnect.fr.
 

© HandiConnect | Tous droits réservés