Accueil > Fiches et conseils > Paralysie Cérébrale (PC) : repérage, dépistage et diagnostic

N°H62 – Tous professionnels de santé

PARALYSIE CÉRÉBRALE (PC) : REPÉRAGE, DÉPISTAGE ET DIAGNOSTIC

Dernière mise à jour : Septembre 2021

ON PEUT DISTINGUER DEUX CONTEXTES CLINIQUES DE REPÉRAGE :

Suivi ciblé d’enfants à risque de développer une PC du fait d’un événement anté ou périnatal (facteurs de risques identifiés comme prématurité ou naissance dans un contexte d’anoxie-ischémie…)

Signe d’appel ou développement inhabituel chez un enfant sans facteur de risque connu

• Prendre au sérieux les inquiétudes des parents
• Ne pas rassurer à tort

QUELS SIGNES D’ALERTE ?

Les signes révélateurs peuvent être repérés à un âge variable suivant la gravité de l’atteinte,

mais souvent avant 2 ans.

Anomalies de posture, utilisation préférentielle d’un côté du corps, acquisition trop précoce (avant 2 ans)
de la latéralisation, marche sur la pointe des pieds

Anomalies du tonus , hypertonie d’un ou plusieurs membres, ex: une main toujours fermée, hypotonie axiale

Anomalies de la motricité spontanée : pauvreté, manque de fluidité ou asymétrie des mouvements

Troubles du regard: mauvais contact oculaire, strabisme, rotation permanente de la tête et +/- des yeux

Retard du développement psychomoteur, praxies, coordination globale et oculo-manuelle, et pour
les formes sévères : cognition, éveil (voir fiche HandiConnect « diagnostic du polyhandicap« )

Persistance des réflexes archaïques (grasping, Moro…)

Troubles de la prise alimentaire : succion/mastication/déglutition (fausses routes)

Un seul de ces signes doit orienter vers un neuropédiatre (de CAMSP ou de service hospitalier) qui fera la part
des choses entre paralysie cérébrale et autres troubles du neurodéveloppement.

QUELS ACTEURS ?

POUR REPÉRER :

• Parents

• Professionnels de la petite enfance : puéricultrices, assistantes maternelles…

• Professionnels de santé de 1ère ligne : médecins généralistes, pédiatres en libéral ou

de la Protection Maternelle et Infantile (PMI), professionnels paramédicaux

POUR ÉTABLIR LE DIAGNOSTIC :

• Professionnels de santé de 2ème ligne : Centres d’Action Médico-Sociale Précoce* (CAMSP), pédiatres des hôpitaux de proximité, neuropédiatres, Plateformes de Coordination et d’Orientation**

• Professionnels de santé de 3ème ligne : services hospitaliers spécialisés (neuropédiatrie, génétique clinique, neuro-imagerie), ou autres spécialistes, selon les troubles associés

* Annuaire des CAMSP.
** Les Plateformes de Coordination et d’Orientation (PCO) sont un nouveau dispositif national pour orienter les enfants de moins
de 12 ans présentant des signes de développement inhabituel, pour engager une intervention coordonnée et pour un accès
au Forfait d’Intervention Précoce (prise en charge par la CPAM des coûts engagés pour la 1re année, LFSS 2019).
Pour en savoir plus : www.handicap.gouv.fr/plateformes-tnd

La consultation de dépistage 

 

pour les professionels de 1ère ligne : 

Lors d’une consultation dédiée, organisée en raison d’un signe d’alerte (cotation longue CTE, remboursée 60€), le médecin :

• Recueille les informations familiales et personnelles sur le parcours, le contexte socio-familial, les antécédents personnels et familiaux, les principales étapes du développement neuromoteur et psychomoteur.

• Procède à l’examen somatique complet, avec une attention particulière aux signes neurologiques, et aux troubles auditifs ou visuels associés, en utilisant les repères du carnet de santé et l’outil « Détecter les signes d’un développement inhabituel chez les enfants de moins de 7 ans. »

• Adresse l’enfant au CAMSP et/ou à un neuropédiatre et/ou une PCO (cf. ci-dessus) pour poser le diagnostic, préciser le projet d’intervention précoce multidisciplinaire, compléter le bilan par des examens ciblés, et éventuellement orienter vers un généticien.

• Oriente précocement vers des professionnels de l’accompagnement et de la rééducation pour des séances de kinésithérapie, de psychomotricité, d’orthophonie, d’ergothérapie, sans attendre le diagnostic étiologique.

INSTAURER UNE RELATION DE CONFIANCE AVEC LES PARENTS, AFIN D’ ÉTABLIR UN PARTENARIAT

 

• Écouter les parents. Reconnaître leurs compétences et la connaissance de leur enfant pour qu’ils acquièrent une confiance suffisante en leur capacité à s’occuper d’un enfant différent

 

• Informer les parents pour qu’ils comprennent l’enjeu d’une aide précoce

 

Reconnaître et valoriser les compétences préservées chez l’enfant et ses habiletés,
explorer ses forces et ses ressources

 

• Réévaluer la trajectoire développementale de l’enfant par un suivi régulier

 

Identifier avec la famille, un coordinateur du parcours de santé (médecin traitant,
médecin de l’établissement d’accueil…), qui veillera à l’interaction entre les différents intervenants médicaux et paramédicaux

 

Tenir compte de l’environnement socio-professionnel, familial

Prendre en compte précocement le contexte familial, la souffrance psychique de
l’enfant, de ses parents, de ses frères et sœurs, leur proposer un accompagnement
psychologique et social, les orienter vers des associations.

LA PRÉCOCITÉ DU DÉPISTAGE PERMET :

 

• De miser sur la plus grande plasticité du cerveau pour limiter les perturbations
du neuro-développement et l’apparition de troubles secondaires.

• D’optimiser les effets positifs des interventions éducatives, rééducatives et thérapeutiques , même si la cause n’est pas établie.
• De préparer la socialisation et la scolarisation en mobilisant tous les acteurs autour de l’enfant.
• L’ouverture d’un dossier MDPH donnant accès à des aides.

QUELLE DÉMARCHE DIAGNOSTIQUE ?

(Professionnels de 2ème et 3ème ligne)

La paralysie cérébrale est diagnostiquée suite à une démarche clinique complète qui tiendra compte de
l’histoire médicale, personnelle et familiale de l’enfant, des observations des parents, de la présence de signes
neuromoteurs et de la recherche de troubles associés.
L’imagerie permet d’explorer l’étiologie.

 

QUels critères ? 

Le diagnostic est clinique avant tout, il peut être suspecté dès les premiers mois,
et confirmé avant l’âge de 4 ans :

Trouble du développement sensori-moteur caractérisé par un tonus musculaire anormal et des
schémas moteurs inhabituels ; ( évalué notamment à l’aide des tests Mouvements Généraux et/ou
Hammersmith Infant Neurological Examination (HINE)

Les anomalies fonctionnelles se révèlent au fur et à mesure de l’acquisition de nouvelles fonctions
neuro-motrices ou cognitives (cf. calendrier développemental), d’où un pronostic sur le degré de sévérité incertain avant 2 ans.

 

Diagnostic étiologique, diagnostic différentiel : 

 

qUELS examens ? 

 

L’imagerie cérébrale (IRM) permet de:
– Déceler les anomalies cérébrales.
– Dater le moment de leur constitution et comprendre l’étiologie.
– Confirmer l’hypothèse issue de l’examen clinique.

 

 

– Une IRM normale n’élimine pas un diagnostic de PC.
– Une deuxième IRM plus tardive peut s’avérer utile.
– La réalisation de l’IRM par un radiologue spécialisé en pédiatrie est souhaitable.

 

EEG (épilepsie fréquente chez le nourrisson avec PC)

Recherche d’anomalies génétiques, métaboliques ou neurologiques autres

QUEls objectifs pour  l’évaluation fonctionnelle pluridisciplinaire ? 

Une fois le diagnostic posé, les capacités fonctionnelles de l’enfant doivent être évaluées par des bilans

moteurs, neurocognitifs, psychologiques, sensoriels, adaptés à l’âge de l’enfant.

 

Objectifs :

Orienter la (ré)éducation

Fixer des objectifs d’apprentissage avec l’équipe, l’enfant et la famille 

Mettre en place un projet éducatif individualisé (PEI) médical et paramédical, multidisciplinaire,
concerté, le plus pertinent possible

Évaluer des changements après un traitement 

Attention à ne pas multiplier les bilans systématiques, veiller à ce que l’enfant ne devienne pas « objet d’examen et de soin ».

POUR EN SAVOIR PLUS

RÉFÉRENCES

Le Métayer M. Bilan cérébromoteur du jeune enfant, EMC 2009

Patel, D.R. et al., (2020). Cerebral palsy in children: a clinical overview. Trans Pediatr; 9 (Suppl 1): S125-S13. Consulter

Novak I., Morgan C., Adde L. (2017). Early, accurate diagnosis and early intervention in cerebral palsy: advances in diagnosis and treatment. JAMA Pediatr 171:897-907. Consulter

Novak I. et al., (2020). Care pathway for early detection of cerebral palsy site de l’American Academy for Cerebral Palsy and Developmental Medicine. Consulter

Einspieler C. et al., (2019). Cerebral Palsy: Early Markers of Clinical Phenotype and Functional Outcome Journal of Clinical Medicine. 8(10):1616. Consulter

Morgan C. et al., (2019) The Pooled Diagnostic Accuracy of Neuroimaging, General
Movements, and Neurological Examination for Diagnosing Cerebral Palsy Early in High-Risk Infants: A Case Control Study J Clin Med. 5;8(11):1879. Consulter

OUTILS

Détecter les signes d’un développement inhabituel chez les enfants de moins de 7 ans
Délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro développement. 2020. Consulter

En tant que médecin généraliste, quel est mon rôle et quels sont les tarifs applicables ?
Repérer et prendre en charge au plus tôt les difficultés de développement d’un enfant. Délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement. Consulter

Troubles du neurodéveloppement – Repérage et orientation des enfants à risque.
Fiche HAS. Outil pour les médecins de 1ère ligne. Consulter
Fiche HAS. Recommandation de bonne pratique. Consulter

Signes d’appel spécifiques à la paralysie cérébrale en fonction de l’âge. Site canadien enfance et familles. Consulter

Les signes qui peuvent inquiéter. Site de Handicap Agit Tôt. Consulter

Fiches professionnelles R4P. Consulter et en particulier: membre supérieur spastique de l’enfant hémiplégique, choisir les outils d’évaluation – Construire des objectifs de traitements. Consulter

Novak I. et al., (2014). International Clinical Practice Guidelines for Cerebral Palsy, Report of the EACD workshop & presidential inter-academy meetings of the EACD, AACPDM & AusACPDM. Consulter

Management of Cerebral Palsy in Children: A guide for allied health professionals. Guide édité par le ministère australien de la santé, qui liste tous les outils d’évaluation. Consulter

Mcnamara, Lynda & Te Velde, Anna. (2021). Republication de : Recommandations de bonnes pratiques pour annoncer un diagnostic de handicap aux parents. Motricité Cérébrale. 42. 10.1016/j.motcer.2021.03.002. Consulter

POUR LES PATIENTS ET LES FAMILLES:

Santé BD : les fiches de Santé : « Douleur, handicap ». Consulter

La paralysie cérébrale, c’est quoi ? Vidéo animée de la Fondation Paralysie
Cérébrale. Consulter

La paralysie cérébrale, expliquée par Lili et Théo. Dessin animé pour les enfants. Consulter

Fondation Paralysie Cérébrale, fondation pour la recherche. Consulter

Paralysie Cérébrale France, fédération d’associations. Consulter

Contributeurs

Cette fiche a été co-construite et validée par le groupe de travail HandiConnect « Paralysie Cérébrale » dont les membres sont :
Sophie Achille-Fauveau (ergothérapeute, Réseau Breizh PC Handicap), Dr Catherine Allaire (neurologue, CHU de Rennes), Brigitte Aupiais (orthophoniste, Hôpitaux de Saint-Maurice), Dr Adriaan Barbaroux (médecin généraliste et enseignant, Université Nice Côte d’Azur ), Julia Boivin (personne atteinte de paralysie cérébrale), Laurent Bonnotte (psychomotricien, Institut de Formation en Psychomotricité, Paris), Dr Antoine Chaanine (neuropédiatre, ARAIMC, Marseille), Delphine Chantelot (ergothérapeute, Hôpital Salvator, Marseille), Dr Marie-Charlotte d’Anjou (médecin MPR, Réseau R4P), Pr Mickaël Dinomais (médecin MPR, CHU Angers), Stéphanie Fauré (association « patients avec paralysie cérébrale », patients engagés), Audrey Fontaine (kinésithérapeute, cabinet « À Pas de Géants », Paris), Pr Philippe Gallien (médecin MPR, pôle Saint-Hélier), Delphine Ganne (parent), Dr Nathalie Genès (directrice scientifique, Fondation Paralysie Cérébrale), Dr Lucie Hertz-Pannier (Administratrice de ENVOLUDIA et de La Fondation Paralysie Cérébrale, médecin chercheur, parent), Dr Claire Mietton (MPR pédiatrique, L’Escale, HFME, Lyon), Laure Nitschmann (Institut Motricité Cérébrale), Dr Ana Presedo (chirurgien orthopédiste, Hôpital Robert Debré, Paris), Pr Régine Scelles (psychologue clinicienne, professeure de psychopathologie, chercheuse, laboratoire Clipsyd, Université Paris Nanterre), Pr Philippe Thoumie (MPR, Hôpital Rothschild, Paris), Philippe Toullet (kinésithérapeute, Institut Motricité Cérébrale), Jacky Vagnoni (Parent, Paralysie Cérébrale France), Dr Delphine Verollet (médecin MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches).

Mentions légales

Sa réalisation et sa mise en ligne en accès libre ont été rendues possibles grâce aux soutiens de l’Assurance-maladie,  de la CNSA et des Agences Régionales de Santé.

HandiConnect est un projet porté par l’association CoActis Santé et ses partenaires. Tous droits de reproduction, de représentation et de modification réservés sur tout support dans le monde entier. Toute utilisation à des fins autres qu’éducative et informative et toute exploitation commerciale sont interdites. ©CoActis Santé

Ce contenu vous a plu ? Conservez-le !

Pour lire le fichier au format pdf, il vous faudra utiliser un logiciel tel qu'Adobe Acrobat Reader

Ce contenu vous a été utile ? Dites le nous !

Grâce à vos votes et vos retours sur nos fiches conseils, nos équipes améliorent en continu les contenus que nous vous proposons


(3 votes)

Restons en contact avec la NEWSLETTER !

• En 1 clic, nous vous offrons toutes les nouveautés HandiConnect.
• Nous ne communiquons ni ne commercialisons jamais vos données.

    * Mail :

    * Je suis :

    * Précisez votre profession :

    Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Handiconnect dans le but d’avoir un historique en cas de bug du fournisseur de mails. Elles sont conservées pendant 6 mois et sont destinées uniquement à notre usage dans le cadre de votre demande de contact pour le projet Handiconnect. Nous refusons toute commercialisation sous quelque forme que ce soit de vos informations personnelles. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant contact@handiconnect.fr.
     

    © HandiConnect | Tous droits réservés