Accueil > Fiches et conseils > COVID-19 : Comment réaliser le test virologique (naso-pharyngé) chez une personne adulte en situation de handicap ?

N°U7 – Préleveurs COVID

Comment réaliser le test virologique (naso-pharyngé) chez une personne adulte en situation de handicap

Mise à jour : Juin 2020

COMMENT ENTRER EN RELATION ALORS QUE VOUS PORTEZ UN MASQUE, UNE VISIÈRE, UNE SURBLOUSE, UNE CHARLOTTE, DES GANTS?

Parler distinctement et un peu plus lentement : le masque atténue les propos

Se présenter et expliquer sa fonction : idéalement, une photo de vous sans masque sera sympathique, accrochée à votre blouse

Chercher le contact oculaire pour compenser l’absence de lecture du visage, et sourire même sous le masque (mais ne pas insister car soutenir le regard peut, pour certaines personnes, être gênant, angoissant, voire perturber leur comportement)

Adopter des gestes mesurés et apaisants, décrire ce que l’on va faire, pour établir une atmosphère de confiance.

QUEL ENVIRONNEMENT PRÉVOIR?

Créer un espace physique et sonore le + paisible et neutre possible : pas de lumière crue, pas de conversations parasites, de bruits intempestifs… Ces stimulations  ajoutent du stress à celui de l’examen.

• Privilégier un environnement connu pour les personnes les plus vulnérables :
– idéalement au sein de l’établissement
d’hébergement ou au domicile
– certaines personnes TSA-TND* peuvent accepter cette nouvelle situation de test parce qu’elles sont dans un contexte connu.

• Position à adapter selon le type de handicap :
– dans le lit médicalisé, le sujet est allongé, l’accompagnant tient calmement la tête du sujet ;
– l’adolescent ou l’adulte peuvent s’asseoir avec la tête contre un mur.
– Le parent/tuteur/accompagnant tient calmement la tête de la personne pour éviter des mouvements.

* TSA = Troubles du Spectre de l’Autisme ; TND = Troubles du Neuro-développement

CE TEST EST ANXIOGÈNE , INÉDIT, INTRUSIF, COMMENT RASSURER ?

EN PRENANT DU TEMPS AVEC LA PERSONNE

• Ne pas la faire patienter si elle a un RV : l’attente majore l’angoisse et est très mal vécue par les personnes avec un TSA ou un trouble psychique.

• Obtenir son accord à chaque étape du test (moins stressant) et de façon progressive : accord pour baisser le masque sous le nez, en couvrant sa bouche, accord pour rester immobile, accord pour lever un peu la tête.

• Rassurer sur la rapidité du geste qui est désagréable et un peu douloureux : faire faire une à trois longues expirations avant si possible puis décompter pendant le geste à voix haute.

COMMENT RÉUSSIR À OBTENIR LA COOPÉRATION DE LA PERSONNE ?

• Expliquer avec des mots simples ce que vous êtes en train de faire et ce qu’elle doit faire.

La faire participer peut l’aider à se décentrer et à réduire le niveau d’angoisse. Lui décrire les ressentis possibles. Régulièrement l’encourager et la féliciter pour établir une relation positive.

• Montrer le matériel ou le faire manipuler (avec un exemplaire de démonstration à désinfecter?) et vérifier la compréhension du déroulement du test.

Utiliser des supports adaptés qui expliquent le geste, pour personnes avec difficultés de compréhension : images, photos, supports type santéBD…(cf. § « Pour en savoir plus »).

• Obtenir et confirmer son accord avant de démarrer le test.

• Associer l’aidant en lui proposant de parler avant et pendant l’examen, en lui expliquant où se positionner par rapport à soi. L’équiper en conséquence.

Eventuelle prémédication si nécessaire. Le MEOPA pourrait être utilisé dans certaines circonstances (cf. §
«Pour en savoir plus»).

QUE FAIRE SI MALGRÉ TOUT, LE PATIENT S’AGITE?

Impossibilité pour le patient de rester immobile : agitation anxieuse, mouvements
involontaires…

NE JAMAIS CONTRAINDRE,
REPORTER LE RV OU DISCUTER D’UNE SOLUTION ALTERNATIVE

DÉFICIENCE AUDITIVE :

Sans LSF et avec un masque, c’est une gageure de communiquer avec un sourd, privilégier l’interprétariat et les supports illustrés et 3D.

TROUBLES DU SPECTRE DE L’AUTISME :

Vérifier qu’il y a eu une préparation en amont avec des supports. Connaître le renforçateur habituel* du patient et voir avec l’aidant si y recourir.

HANDICAP MOTEUR/IMC :

Vérifier que le lieu du test est adapté aux Personnes à Mobilité Réduite. Préciser les difficultés pratiques du test de dépistage pour la personne (mouvements involontaires, spasticité) et définir en accord avec elle les meilleures
modalités.

HANDICAP INTELLECTUEL :

Adopter un vocabulaire simple et être précis sur la procédure pour rassurer.

DÉFICIENCE VISUELLE :

Pour réduire l’inquiétude, expliquer aux personnes malvoyantes ou non voyantes le déroulé de chaque
étape du prélèvement, décrire le matériel utilisé et les prévenir oralement avant tout contact physique,
disposer de matériel de démonstration en 3D que les personnes puissent toucher.

POLYHANDICAP :

Organiser avec l’aidant référent les modalités pratiques du prélèvement.

HANDICAP PSYCHIQUE :

Rassurer en précisant les difficultés pratiques du test de dépistage , être bienveillant avec les réactions de stress.

* Un renforçateur est une récompense, qui permet de favoriser un comportement

POUR EN SAVOIR PLUS

• Guide FACILITER LA RÉALISATION DES TESTS NASOPHARYNGÉS auprès des personnes TSA-TND, ARS Ile de France, CREAI, CRAIF consulter

• Fiche Accueil d’un patient sourd avec suspicion de COVID-19 consulter

• Fiche Suivi d’une personne avec une Déficience intellectuelle (DI) ou un Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) en periode de COVID-19 consulter

• Recommandations sur le MEOPA de l’ANSM consulter et complément Pediadol consulter

• Ministère de la Santé et des Solidarités consulter

• Recommandations aux professionnels de santé en charge des prélèvements de dépistage par RT-PCR consulter

• Arrêté du 13 août 2014 fixant les catégories de professionnels de santé autorisés à réaliser des prélèvements d’échantillons biologiques consulter

• Supports pour les patients :

– illustrées et en FALC : SantéBD consulter
– pictogrammes APHP : Medipicto consulter
– ressources spécifiques Autisme sur le site du GNCRA consulter
– le test nasopharyngé Comprendre l’autisme consulter

– comprendre le déroulé des tests en FALC , UNAPEI consulter

–  vidéo en LSF du réseau Sourds et Santé Hauts-de-France consulter

Contributeurs

Cette fiche a été réalisée à la demande du Secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre chargé des Personnes handicapées et en lien avec la Direction déléguée à la gestion et à l’organisation des soins de l’Assurance Maladie et de la cellule tests du Ministère de la Santé et des Solidarités. Contributeurs : Dr Michel Delcey (APF France Handicap et Handiconsult 34), Dr Anne Gross (cabinet de psychiatrie libéral), Dr Alexis Karacostas (PH honoraire), Dr Djéa Saravane (Chef de service honoraire, médecin Handidactique), Nicolas Eglin (Centre Technique Régional pour la Déficience visuelle CTRDV -Les Pep69) , Aude Bourden (APF France Handicap), Agnès Bourdin-Busin (APF France Handicap), Marie Jeanne Richard (Union NAtionale de Familles et Amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques – UNAFAM).

Mentions légales

Sa réalisation et sa mise en ligne en accès libre ont été rendues possibles grâce aux soutiens de la CNSA et des Agences Régionales de Santé.

HandiConnect est un projet porté par l’association CoActis Santé et ses partenaires. Tous droits de reproduction, de représentation et de modification réservés sur tout support dans le monde entier. Toute utilisation à des fins autres qu’éducative et informative et toute exploitation commerciale sont interdites. ©CoActis Santé

Ce contenu vous a plu ? Conservez-le !

Pour lire le fichier au format pdf, il vous faudra utiliser un logiciel tel qu'Adobe Acrobat Reader

Ce contenu vous a été utile ? Dites le nous !

Grâce à vos votes et vos retours sur nos fiches conseils, nos équipes améliorent en continu les contenus que nous vous proposons

(Score : +3 || 3 avis reçus)

Vous souhaitez recevoir des informations sur l’actualité HandiConnect ? Laissez-nous vos coordonnées

* Nom & Prénom :

* Mail :

* Profession :

* Fonction :

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Handiconnect dans le but d’avoir un historique en cas de bug du fournisseur de mails. Elles sont conservées pendant 6 mois et sont destinées uniquement à notre usage dans le cadre de votre demande de contact pour le projet Handiconnect. Nous refusons toute commercialisation sous quelque forme que ce soit de vos informations personnelles. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant contact@handiconnect.fr.
 

© HandiConnect | Tous droits réservés