Accueil > Fiches et conseils > Les violences faites aux mineurs en situation de handicap

N°S7b – Tous professionnels de santé

LES VIOLENCES FAITES AUX MINEURS EN SITUATION DE HANDICAP

Dernière mise à jour :

REPÉRER > ACCUEILLIR > SOIGNER > INFORMER >
PROTÉGER > SIGNALER > ORIENTER

CONSTAT :

LES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP SONT DAVANTAGE VICTIMES DE VIOLENCE ET PARTICULIÈREMENT LES ENFANTS.

La situation de handicap accroît le risque de violences.

Les enfants en situation de handicap :

 

Près de 3 fois plus de risque d’être victimes de violences sexuelles que les enfants dans leur
ensemble (en population générale, une fille sur cinq et un garçon sur treize victimes de violences sexuelles – agression sexuelle ou viol – avant leurs 18 ans) 1

3,6 fois plus de risque d’être victimes d’actes de violence physique qu’un enfant sans handicap

 

Enfant avec déficience intellectuelle : risque 4 ,6 fois + élevé  de subir des violences sexuelles vs population générale et 6 fois + pour les filles 2

88% des femmes autistes ont déclaré avoir subi une ou plusieurs agressions sexuelles dont 47% avant l’âge de 14 ans et 31% avant l’âge de 9 ans 3

4 fois plus d’enfants en situation de handicap à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) que dans la population générale 4

8% des élèves en situation de handicap en France se déclarent victimes de harcèlement avéré
dans les deux mois précédents (vs 5,3% en population générale) et particulièrement les filles (9,2% vs 5,5%) 5 

 

COMBATTRE LES IDÉES REÇUES

« Tu ne sais pas déjà mettre tes chaussures, comment tu peux savoir que quelqu’un t’a fait mal ! »

« Ce n’est pas grave, il est jeune et déficient, il va oublier… »

 « Il ne comprend pas bien, il n’y aura pas de conséquences…»

Il faut lutter contre les stéréotypes liés au handicap (parole moins crédible, accumulation
des discriminations…) > un enfant est d’abord un enfant avant d’être en situation de handicap

• Famille = lieu où s’exerce la grande majorité des violences
Le terreau le plus important de toutes les violences futures est la violence faite dans l’enfance

LES VIOLENCES, DE QUOI PARLE-T-ON ?

LES ENFANTS SONT VICTIMES DES MÊMES VIOLENCES QUE LES ADULTES :

 

• Violences psychologiques : menaces, contrôle, pressions psychologiques, humiliations,
dénigrements, harcèlement, manipulations, contraintes, utilisation de la situation de handicap

• Violences physiques : atteintes à l’intégrité corporelle, violences avec ou contre des objets

• Violences sexuelles  : viol, tentative de viol, tentative ou agression sexuelle, voyeurisme, exhibitionnisme, mutilation sexuelle, harcèlement sexuel

• Violences verbales : injures, hurlements, silences

 

LES VIOLENCES SONT LE PLUS SOUVENT COMMISES PAR DES PERSONNES
QUE L’ENFANT CONNAIT, SOUS COUVERT « D’ÉDUCATION, DE SOINS, DE
JEUX, D’AMOUR » :

 

• Violences intra familiales : dont les violences sexuelles incestueuses (frère, sœur, parents, enfants); les enfants témoins de violences conjugales sont aussi victimes

• Harcèlement scolaire : remarques répétées pouvant aboutir à des violences verbales, physiques et psychiques, très souvent banalisées

• Violences éducatives  : violence (physique, psychologique ou verbale) utilisée envers les
enfants communément admise et tolérée : claque, fessée, tape, humiliation, chantage affectif, maltraitance affective, mépris, insuffisance ou absence de soins et ou d’affection

• Violences institutionnelles  : dans le cadre du soins (absence d’écoute, d’évaluation de la douleur, de recherche du consentement libre et éclairé avant tout acte de soins…), dans le cadre des règles de  fonctionnement (non prise en compte du choix  et des besoins de l’enfant) sans oublier les violences sexuelles subies en institution

• Violences sociales : exclusion de l’enfant de la scolarité, d’un centre de loisir, des activités sportives …

• Cyber violences : usage des outils numériques (téléphones portables, internet, …) pour surveiller, contrôler, humilier

TOUTES LES FORMES DE VIOLENCES SONT INTERDITES PAR LA LOI,
AINSI LEUR NON-DÉNONCIATION.  

LE HANDICAP DE LA VICTIME EST UNE CIRCONSTANCE AGGRAVANTE.

POINTS DE VIGILANCE HANDICAP :

Risque d’infantilisation/de mise en doute de la parole : une intimité pas toujours respectée, des difficultés
à s’exprimer, à percevoir, à répondre ou encore à comprendre l’intention de l’autre, des adolescents
considérés comme des « petits enfants » en cas de dépendance physique…

Risque de soumission : l’enfant rencontrant des difficultés pour faire les gestes du quotidien est régulièrement soumis aux injonctions de l’adulte ou de l’éducateur. Cette soumission-domination peut amener ce futur adolescent puis adulte à être plus facilement sous l’emprise d’un agresseur

 Risque de peur de représailles des familles n’osent pas dénoncer des violences subies en institution

Risque d’épuisement des aidants

Risque de mettre à tort, sur le compte du handicap, les symptômes post-traumatiques qui résultent des violences (ex : crise qui ressemble à une crise d’épilepsie, changement brusque de comportement, automutilation…)

COMMENT REPÉRER LES VIOLENCES ?

Les violences concernent tous les milieux sociaux et tous les âges.

SIGNES D’ALERTE :

Un changement de comportement soudain, des réactions de passivité ou d’agressivité à l’examen
de certaines parties du corps…

 

Etat d’hyper vigilance malgré l’absence de danger imminent, état dépressif avec risque de suicide,
troubles du comportement alimentaire, troubles du sommeil/cauchemars, troubles de l’attention et de la concentration, conduites addictives (médicament, alcool, drogue, tabac, psychotrope…) et ou des conduites à risques (mise en danger, jeux dangereux, automutilation), comportements inadaptés et/ou disproportionnés envers les autres, y compris comportement sexuel, déconnexion de ses émotions (l’enfant parait indifférent)

 

Pleurs, cris, signes de souffrances, enfant prostré, phobies (alimentaires, vis-à-vis d’une personne) …

 

> CES SIGNAUX FONT PARTIE DES TROUBLES PSYCHO- TRAUMATIQUES *

      *Troubles psycho-traumatiques :

Le cerveau des enfants est particulièrement vulnérable à toutes les formes de violences et d’autant plus dans un contexte de handicap.
Une situation émotionnelle incontrôlable, un stress extrême peuvent entrainer une « disjonction » du cerveau :

 

• Une anesthésie psychique et physique/sidération : l’enfant peut être dans l’incapacité de parler, bouger. Il est tétanisé, immobile, silencieux

 

• Une dissociation : conscience altérée, impression d’être spectateur de lui-même

 

• Une mémoire traumatique : certaines scènes ou sensations négatives stockées dans la mémoire de la victime mais ne sont pas traitées et analysées par le cerveau

> Un des symptômes fréquents est celui de l’automutilation qui est toujours mis sur le compte du handicap.

COMMENT POSER LA QUESTION ?

Plus on pose des questions, plus on protège la personne !

« Est-ce qu’on t’a fait ou fait faire des choses que tu as trouvées gênantes, embêtantes, qui t’ont mises mal à l’aise, qui t’ont dégoutées ? »

 « Est-ce qu’on t’a touché à ces endroits (en les désignant ou en les nommant avec les  mots simples de l’enfant)? »

QUE FAIRE QUAND L’ENFANT S’EXPRIME DIFFICILEMENT OU DIFFÉREMMENT DU FAIT DE SON HANDICAP ?

 

Être attentif au langage corporel, aux changements de comportement

Recourir à des supports pédagogiques, histoires (contes), rédigés en facile à lire et à comprendre ou avec ses outils de communication habituels (images/pictos/supports
numériques…), pour permettre d’engager un dialogue sur les notions d’emprise et de consentement ; aborder le sujet en posant la question pour d’autres personnes de son entourage (l’enfant a peu conscience d’être lui-même une victime)

Recourir à des outils comme la « Météo de l’humeur » avec des émoticônes

ÉCOUTER ET CROIRE L’ENFANT

« Je te crois/Tu as bien fait de m’en parler/Tu n’y es pour rien/L’agresseur est le seul responsable/La loi interdit et punit les violences »

Respecter le temps de l’enfant, lui expliquer, choisir des mots adaptés, ne pas forcer une réponse, lui parler directement, sans jugement

 Évaluer le danger pour l’enfant : réitération des violences, menaces de mort, danger de suicide ou
d’accident par conduite à risque : « As-tu des idées noires ? » « As-tu parfois envie de te faire du mal ? de mourir ? »

QUE FAIRE EN CAS DE VIOLENCES SEXUELLES ET PHYSIQUES ?

> PROTÉGER

Mettre l’enfant hors de danger (vis-à-vis de l’agresseur ou de lui-même)

> SIGNALER

 Remplir un certificat médical ou une attestation en vue d’un signalement au Procureur de la République >
Le certificat médical pour examen clinique et étayer le signalement est fait par un médecin (voir modèle ici)

> ORIENTER :

•  En cas de danger imminent/révélation de danger -> le viol est une urgence médicale (prévention, soins psychiques et somatiques, recueil de preuves médico-légales) :

– Urgences Gendarmerie/police : 17 ou 112 (Par sms, vision ou fax : le 114)

– Signalement au Parquet (procureur de la république) Enfant en danger : comment le signaler ? (interieur.gouv.fr) avec hospitalisation sibesoin

– Plateforme du ministère de l’Intérieur 24h/24 : aide dans les démarches et orientation Accueil Particuliers | service-public.fr

• En cas de doute

– Envoyer une « information préoccupante » transmise à la cellule départementale de recueil d’évaluation, et de traitement des informations préoccupantes (CRIP) par téléphone ou courrier Coordonnées CRIP France (cvm-mineurs.org)

– La CRIP a également un rôle de conseil pour les professionnels lorsqu’ils sont dans le questionnement et le doute à propos de la situation d’un enfant

– Informer les parents de la démarche engagée

– 119 allo enfance en danger numéro national www.allo119.gouv.fr 

– Conseil départemental : garant de la protection de l’enfance qui peut saisir l’autorité judiciaire Conseil
départemental sur tout le territoire – Annuaire |service-public.fr

VEILLER À CE QUE LA PRISE EN CHARGE SE FASSE SELON LA SITUATION DE
HANDICAP ET SANS INTERRUPTION DE SES TRAITEMENTS (ÉPILEPSIE, DIABÈTE, …)

POUR EN SAVOIR PLUS

SOURCES :

1 Rapport de situation sur la prévention de la violence dans le Monde Organisation Mondiale
de la Santé, 2014

2 A national survey on violence and discrimination among people with disabilities, J.
Dammeyer, 2018

3 Travaux de recherche du congrès de l’encéphale 2019 – Paris, par le Dr David Gourion, Mme
Séverine Leduc et Mme Marie Rabatel

4 Rapport « Handicap et protection de l’enfance » 2015 – Le Défenseur des Droits Consulter

5 Rapport International Spotlight on Adolescent Health and Well-being. Findings from the
2017/2018 Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) survey in Europe and Canada,
(Inchley et al., 2020)

TEXTES LÉGISLATIFS

Nombreuses circonstances aggravantes : Loi 21 avril 2021 violences sexuelles sur mineurs
et inceste | Vie publique.fr. Consulter
– Violences sur mineurs de moins de 15 ans ou moins de 18 ans en cas d’inceste
– Par ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur le
mineur
– Personne en situation de handicap

– Pas de consentement valide avant 15 ans avec un majeur et 18 ans en cas d’inceste

La loi impose aux citoyens et aux professionnels de signaler les enfants en danger et ce
jusqu’à 18 ans (art 434-1 et 434-3, art 226-13 sur la levée du secret professionnel).

La prévention des violences faites aux enfants est un devoir pour tout professionnel prenant
en charge des enfants ou des parents. «Les enfants ont le droit à une éducation sans violence.
Aucun des titulaires de l’autorité parentale n’a le droit d’user de violence physique, d’infliger
des punitions corporelles ou châtiments corporels, des souffrances morales, ou toute autre
forme d’humiliation envers son enfant» Article 371-1 – Code civil – Légifrance (legifrance.
gouv.fr). Consulter

Loi sur les violences éducatives ordinaire Loi n° 2019-721 du 10 juillet 2019 relative à
l’interdiction des violences éducatives ordinaires (affaires-publiques.org) Consulter

Loi sur la non-dénonciation de crime. Consulter

Droit des enfants/code de l’enfant : Quels sont les droits des enfants ? – Ministère des
Solidarités et de la Santé (solidarites-sante.gouv.fr) Consulter

GUIDES

HAS – Guide sur la prévention de la maltraitance des enfants. Consulter

HAS – Le cadre national de référence : Evaluation globale de la situation des enfants en
danger ou risque de danger, Janvier 21 Consulter et le communiqué de presse. Consulter

ASSOCIATIONS/RESSOURCES :

Association Mémoire Traumatique et Victimologie. Consulter

Centre de victimologie pour mineurs. Consulter

Observatoire de la Violence Éducative Ordinaire. Consulter

Société Française de Pédiatrie Médico-légale. Consulter

La CIIVISE commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants. Consulter

Associations Ni claques, ni fessées. Consulter

Réseau Lucioles : améliorer l’accompagnement des personnes ayant un handicap mental
sévère . troubles du comportement automutilation des moyens d’expression à décoder
Consulter

Association Francophones des Femmes Autistes (AFFA) Consulter

Centre Nationale de Ressources Handicaps Rares Epilepsies Sévères (FAHRES) – Recherche
sur la souffrance psychique surajoutée. Consulter

OUTILS :

SantéBD.org : boite à outils pédagogiques pour comprendre et expliquer la santé avec des
images et des mots simples Consulter

HandiConnect.fr : Fiche sur les violences faites aux personnes en situation de handicap
(adultes) focus sur les violences conjugales et sexuelles femmes Consulter

Formation-sensibilisation

– 2 Modules auto-formatif(e-learning) en ligne gratuit : Protection des personnes en situation
de handicap contre les violences sexuelles Consulter et Protection de l’enfant contre les
violences sexuelles Consulter

– Impact des violences au sein du couple sur les enfants (MIPROF) Consulter

– Vidéo pédagogique à destination des enfants « on ne touche pas ici » Consulter

– Témoignages Consulter

– Vidéos LSF : impact des violences au sein du couple sur les enfants Outils de formation :
les femmes en situation de handicap | Arrêtons les violences (arretonslesviolences.gouv.fr)
Consulter

NUMÉROS UTILES

119 Enfance en danger  (allo119.gouv.fr) Consulter

114  numéro d’appel d’Urgences pour les personnes sourdes, malentendantes, aphasiques,
dysphasiques ou sur https://www.info.urgence114.fr/ Consulter

CRIP CVM | La Cellule départementale de Recueil des Informations Préoccupantes (CRIP)
(cvm-mineurs.org) Consulter

Plateforme d’écoute pour les sourds et les malentendants : SOS Surdis  Consulter

Fil santé jeunes (12 – 25 ans) : Consulter

Signaler une violence conjugale, sexuelle ou sexiste Consulter

Contributeurs

Cette fiche a été coconstruite et validée par le groupe de travail HandiConnect « Lutte contre les violences » dont les membres sont : Dr Laura Berlingo (Gynécologue obstétricienne CASAVIA/Maison des Femmes Pitié-Salpêtrière, APHP), Pr Henry Coudane (Médecine légale et Droit de la santé CHRU Nancy), Dr Romain Dugravier (Psychiatre CH St Anne, Paris), Méril Certain et Mélanie Esnot-Lepeintre (Psychomotriciennes au Centre d’Éducation Motrice Garches ), Nelly Coroir (Psychologue, cabinet libéral), Emmanuel Guichardaz (Association Trisomie21), Pr Marc Dommergues (Gynécologue-obstétricien, chef de service, Hôpital La Pitié Salpétriêre, APHP), Nathalie Gam (Sage-femme libérale), Delphine Giraud (Sage-femme, service de gynécologie obstétrique Hôpital Pitié Salpêtrière, APHP), Pr Renaud Jardri (Psychiatre CHRU de Lille), Dr Solène Loschi (Pédiatre Unité mobile PEPS-Protection de l’Enfance et Pédiatrie Sociale en Service d’accueil des urgences pédiatriques, Hôpital Armand Trousseau), Frédérique Perrotte (sage-femme), Alain Piot (Sociologue, administrateur Association Femmes pour le Dire Femme pour Agir), Marie Rabatel (Présidente de l’Association Francophone des Femmes Autistes), Dr Muriel Salmona (Psychiatre – Présidente de l’ Association Mémoire Traumatique et Victimologie), Françoise Thomas- Vialettes (Fédération d’Associations de Personnes handicaPées par des Épilepsies sévères_EFAPPE).

Mentions légales

Sa réalisation et sa mise en ligne en accès libre ont été rendues possibles grâce aux soutiens de la CNSA, de l’Assurance Maladie et des Agences Régionales de Santé.

HandiConnect est un projet porté par l’association CoActis Santé et ses partenaires. Tous droits de reproduction, de représentation et de modification réservés sur tout support dans le monde entier. Toute utilisation à des fins autres qu’éducative et informative et toute exploitation commerciale sont interdites. ©CoActis Santé

Ce contenu vous a plu ? Conservez-le !

Pour lire le fichier au format pdf, il vous faudra utiliser un logiciel tel qu'Adobe Acrobat Reader

Ce contenu vous a été utile ? Dites le nous !

Grâce à vos votes et vos retours sur nos fiches conseils, nos équipes améliorent en continu les contenus que nous vous proposons


(3 votes)

Restons en contact avec la NEWSLETTER !

• En 1 clic, nous vous offrons toutes les nouveautés HandiConnect.
• Nous ne communiquons ni ne commercialisons jamais vos données.

    * Mail :

    * Je suis :

    * Précisez votre profession :

    Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Handiconnect dans le but d’avoir un historique en cas de bug du fournisseur de mails. Elles sont conservées pendant 6 mois et sont destinées uniquement à notre usage dans le cadre de votre demande de contact pour le projet Handiconnect. Nous refusons toute commercialisation sous quelque forme que ce soit de vos informations personnelles. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant contact@handiconnect.fr.
     

    © HandiConnect | Tous droits réservés